Toccata y fuga.

 Pierre Bonnard. La siesta.

 

Cuerpo columpiándose, quietamente, de un lapso de tiempo a otro.

 

Cuerpo curvo de besos, ingrávido como las horas que se estiran hacia el horizonte desmelenado de las sábanas.

 

Cuerpo que se pierde en meandros de sensualidad, en el recuerdo de caricias repetidas hasta perder el aliento. Suave y potente letanía.

 

Cuerpo suspendido dentro del recuerdo del presente inmediato, receptáculo blando de añoranza, perlado de incienso.

 

Cuerpo desbordante de susurros, boca seca de salmodiar su nombre hasta morir de gozo.

 

Cuerpo ofrenda, penetrado por la luz, húmedo de calor, cuerpo ebrio del perfume de las rosas del papel pintado, rendido a la dulzura aterciopelada de sus pétalos y de otro terciopelo retenido en los confines de los labios.

 

Cuerpo felino, dulzura de gata, fastuosidad de la piel, necesidad de ser acariciada, de no pensar, de vivir la eternidad del momento runruneando.

 

Dolor exquisito de la espera, hermoso latido de sangre en la base del cuello, raíces expansivas de grandes ninfeas blancas en las arterías, ojos a la deriva, intenso deseo de ser amada ahora y siempre.

 

Version française.

Pierre Bonnard. La sieste.

 

Corps qui se balance dans la quiétude d´un laps de temps à l´autre.

 

Corps  pointillé de baisers, aérien comme les heures qui s étirent sur l´horizon échevelé de la blancheur des draps.

 

Corps qui se perd en méandres de sensualité, dans le souvenir de caresses répétées jusqu´à en perdre le souffle. Suave et puissante litanie.

 

Corps suspendu dans le souvenir  du présent immédiat, réceptacle mou de nostalgie, perlé d´encens.

 

Corps débordant de murmures, bouche sèche de psalmodier son nom jusqu`à en mourir de joie.

 

Corps offert,  pénétré  de lumière, humide de chaleur, corps enivré du parfum des roses du papier peint, de la douceur veloutée de leurs pétales, et d´un autre velours retenu dans le confin des lèvres.

 

Corps félin, douceur de chatte, faste de la peau, nécessité d´être caressée, à nouveau, de ne plus penser, de vivre l´éternité du moment en ronronnant.

 

Douleur exquise de l ´attente, ennivrant battement de sang à la base du cou, racines expansives de grands nénufars blancs dans le flot des artères, yeux à la dérive, désir intense d´être aimée jusqu`a n´en plus finir.

 

 

 

 

 

 

 

 

32 pensamientos en “Toccata y fuga.

  1. Sensualidad que va en creciendo hasta culminar en el verso: olor exquisito de la espera, hermoso latido de sangre en la base del cuello, raíces expansivas de grandes ninfeas blancas en las arterías, ojos a la deriva, intenso deseo de ser amada ahora y siempre.
    Tu poesía siempre se sale del cuadro que observas, siempre bella e imaginativa…. un abrazo y un beso Rub .

    • Querido rub, he intentado transcribir sobre papel la sensualidad que desprende el cuadro… misión imposible!… Bonnard es mucho Bonnard! Pero siendo mi blog una cubeta de ensayo, creo que me perdonaría el experimento! En todo caso te agradezco de corazón tu cariñoso comentario.
      Un abrazo

    • Por cierto que te pareció, el cuento de ines de sombra entre sombras y el otro de la Sunamita… ambos han recibido sendos estudios… que ya colgaré

    • rub, tengo que leer los cuentos más detenidamente (los leí deprisa), si tengo tiempo esta noche los vuelvo a leer y después te cuento.
      Un abrazo.

    • sera una cena deliciosa, solo recuerda que los cuentos fueron escritos por la decada de los sesentas… bella noche amada amiga Rub

    • Buenos días, rub! Ayer anoche no tuve tiempo de volver a leer los cuentos. Me dispongo a hacerlo ahora. Cuando lo haya hecho te daré mis impresiones con mucho gusto.
      Un abrazo

    • No había pensado en un amor precipitado, el cuadro no me lo sugiere. La habitación con su decoración tan casera, así como el perrito, me llevan a imaginar un amor de pareja lleno de sensualidad.
      Un abrazo

  2. Anne
    neste quadro de Bonnard vejo mais a mulher que descansa serena depois do corpo usado e saciado. É uma cama desfeita, um corpo que se deu e se amansou depois do prazer( hasta murir de gozo). Diz-me muito o verso “cuerpo felino, doçura…”. A sensualidade sem freio. O prazer sem reticencias. Como dizes, a necessidade de ser acariciado. Uma explosão de sensualidade sem limites. O teu poema é mais o “durante”, sendo o quadro mais o ” depois”. O teu poema é a expressão do desejo, o quadro é o desejo saciado.
    Belíssimo.
    Um abraço

    • Estimado xico,
      No sabes como me alegra que te haya gustado mi escrito! A veces, tengo reparo en redactar un texto tan sensual, temo que me interpreten de forma errónea, cuando lo que he intentado es alabar la vida y el amor, amor que, claro está, tiene que tener una faceta sensual para ser pleno. Es cierto que el cuadro evoca el deseo saciado y he expresado el deseo por venir. Bien visto!… es más fácil!
      Un abrazo,
      Anne

  3. Anne, pones orden lírico en el aparente desorden del amplio lecho donde ha tenido lugar, sin duda, la feliz batalla amorosa, un desorden del después de un tiempo detenido en la pasión que insinúas muy bien, en el duermevela relajado, distendido, durante el que se destilan recuerdos y sensaciones de placeres recientes: la eternidad del momento. Tratas el erotismo con tanta elegancia y sensibilidad que lo conviertes inmediatamente en poesía. A Bonnard le caería la baba de satisfacción después de haber leído lo que has escrito.

    • Albert,
      Me encanta lo de “la feliz batalla amorosa”… así como todo tu comentario porque refleja lo que deseaba expresar. Me da cierta vergüenza escribir prosa erótica (por su mala prensa, sobre todo si la escribe una mujer), pero mi ilusión es dignificarla (no sé si es la palabra adecuada). En cuanto a Bonnard… dudo que se le hubiese caído la baba! Pero me satisface enseñar su obra e inspirarme en ella. Gracias, Albert, por tus ánimos siempre renovados.
      Un abrazo

  4. No conocía el cuadro; me ha gustado mucho.

    Me quedo con: “Cuerpo felino, dulzura de gata, fastuosidad de la piel, necesidad de ser acariciada, de no pensar, de vivir la eternidad del momento runruneando.”

    Tres besos.

    • zambu,
      Me encanta darte a conocer este cuadro de Bonnard. Es una belleza. Me alegro que te haya gustado la prosa “gatuna”
      Un abrazo.

  5. Una mujer que se desliza en los senderos que llevan a las profundidades del pensamiento y así la esencia misma se muestra como una verdadera mujer…, pintada con tus letras y pensada por ese pintor maravilloso…

    • Carlos,
      Me alegra que mi pequeño escrito te llegue al corazón, tú que vives al otro lado del océano y amante de la Tierra de fuego, lugar tan puro y auténtico. Te agradezco mucho el comentario y te mando, pues, un abrazo del otro lado del océano.
      Anne

  6. Chère Anne,

    Dans votre poème, quelle puissance très troublante et très évocatrice du désir vrai : celui qui cherche l’océan, les vagues, et le repos bien extasié de la volupté comblée — sur la grève du monde.

    Et pas du tout le sport sexuel.

    J’ai connu, il y a longtemps, une lady — que j’appelais l’Agent 001 — qui n’aurait pas non plus hésité à écrire une telle prose poétique… Les ladies n’hésitent jamais — c’est même à ça qu’on les reconnaît… — mais elles sont rares.

    Si la poésie c’est la liberté — et l’émotion, alors nous sommes, avec votre poème, au cœur même et palpitant de la poésie.

    Bonnard, avec qui je prenais mon petit-déjeuner ce matin, en était lui aussi très ému. La justesse des commentaires de vos amis m’a permis de comprendre pourquoi ils étaient bien vivants…

    Vous nous avez tous fait partager cette palpitation primordiale qui s’empare de nous dans l’amour, et dans l’amour charnel. Merci.

    Bon, je vous laisse, Matisse vient d’arriver…

    Bien à vous,

    R.C. Vaudey

    • Cher R.C.,

      Votre commentaire m´émeut. Comment pourrait-il en être autrement, quand celui qui m´écrit un si beau compliment fait partie de la bande à Bonnard? Je suis émue et fière.

      Vous savez, je ne crois pas qu´il faille être une lady pour raconter le sexe avec franchise et sensualité, il faut seulement désirer être authentique et vouloir redonner au sexe la beauté perdue dans une société qui l´avilit. Cela dit, il m´en coûte un tant soi peu, étant d´un naturel réservé. Mais il nous faut mener croisade! Une belle croisade que vous menez depuis longtemps avec votre belle. Vous m´inspirez tous les deux et je vous en remercie de tout coeur.

      Qu´elle chance de pouvoir prendre le petit- déjeuner avec Bonnard puis avec Matisse! Je vous envie! Et si j´amenais un pot de confitures de mûres (faites maison, par mes soins), croyez- vous qu´il serait possible qu´Héloise m´invite à assister à votre conversation? Je peux me faire toute petite, vous savez,et, de plus (modestie mise à part) mes confitures sont délicieuses!

      Merci, encore, cher R.C pour la confiance que vous déposez en moi et pour votre gentillesse.

      Bien à vous.

      Anne

  7. Sensualidad, deseo saciado, quizá una noche sin sueño. El cuadro puede sugerir muchas facetas lo que me parece que tus versos captan con gran belleza es la intención del artista que rezuma sensualidad en cada una de las pinceladas onduladas. Un saludo

    • Muchas gracias, Concha. Cuando Bonnard, pura sensualidad,”pinceladas onduladas” (qué bonito!), es la fuente de la inspiración, no resulta difícil escribir de manera sensual.
      Un abrazo

  8. ” temo que me intrepreten de forma errónea”
    Anne
    não te vejo a temer esse tipo de opiniões. ou opiniões desse tipo de gente. Todos nós (uns com mais sensibilidade, outros com menos) sentimos o que tu descreves. Assumir a verdade é dizê-la. Alguns (pouccos) dizem-no. Da forma poética mas total como tu dizes, muito poucos são capazes.

    • Estimado xico,
      Te agradezco el comentario, un detalle de tu parte y una prueba de tu sensibilidad. Vivimos en una época rara donde una se puede vestir de forma vulgar, decir palabras groseras, casarse y descasarse al por mayor, pero donde, sin embargo, no está muy bien visto que una mujer escriba de forma sensual.
      Lo cierto es que la opinión que me importa es la de los que tenéis la gentileza (y la paciencia!) de leer mis textos con meritoria asiduidad.
      Un abrazo,
      Anne

  9. Me admira cómo tejes las figuras poéticas en torno a un cuadro haciendolo florecer de nuevo renovado, vivaz, ardorozo de puro sensual. El erotismo encarnado en tus palabras eriza de bello. Admiro esas trenzas de palabras que florecen cuando se leen. Un abrazo Anne.

    • Ana Maria, tenemos que hacer “cruzada” para reencontrar el auténtico sentido de la vida y erradicar, por los menos en el espacio donde escribimos, la violencia y el afán desmesurado de dinero!
      Un abrazo, y… gracias de corazón por tu hermoso comentario.

  10. Chère Anne,

    Je ne voulais pas encombrer votre site de français, mais je dois vous remercier pour le beau compliment que vous nous faites, à Héloïse et moi.
    En plaisantant, je dirais que cette croisade « sensualiste-idyllique », si délicieuse, est celle qui, à nos yeux, paraissait la plus digne d’être menée… Et qui est si charmante à l’être…

    Mais sans beaucoup de succès, pour le moment.

    “De la philosophie considérée comme œuvre d’art”.

    Mais vous avez raison : le monde n’existe pas en tant que tel, ce sont les poètes et les artistes qui le font être ce qu’il est. (Et les philosophes, qui sont, à mon goût, seulement de lourds et pénibles artistes — le plus souvent — qui s’ignorent).

    J’avais cité dans la préface du « Manifeste sensualiste » le mot fameux de Shelley : « Les poètes sont les législateurs non reconnus du monde », et, dans la présentation des « Éditions sensualistes », dans le premier « post » de notre blog, un long texte détourné de Nietzsche — qui ne dit pas autre chose.
    Ceux d’entre nous qui ont connu les années 70 savent combien le monde a changé, et quelles croisades ont-été menées, et par qui, pour en arriver à l’ornière actuelle, où l’on peut voir, parmi d’innombrables horreurs, le sort misérable réservé à la sensualité et à la sentimentalité des femmes et des hommes : donc, effectivement, d’une certaine façon, faire exister une forme accomplie et poétique de l’amour est une aventure, qu’inspirent cette fois la poésie vécue, et la jouissance puissante, paisible et voluptueuse du Temps ; et c’est ce qui en fait la plus aimable des aventures.

    C’est une étude aussi… comme vous pourrez le lire — à la date du 12 octobre 2009…

    Bien à vous,

    Héloïse Angilbert & R.C. Vaudey

    • Chère Héloïse et cher R.C.,

      Comment pouvez-vous penser que vous pouvez “encombrer” mon site! Vous l´enrichissez, et j´en suis heureuse.

      Savez- vous que j´ai commencé (un tout petit peu) à faire croisade sur Facebook… (j´imagine vos airs choqués, comme celui de mes soeurs quand je leurs ai fait part de mon appartenance à ce réseau social! Il n´y a pas de sot endroit, tout dépend de l´utilisation qu´on en fait, vous ne trouvez pas? Je crois bien que je ne vous ai pas convaincus!).

      Pardonnez- moi, mais je n´aime pas pas beaucoup le mot “législateur” pour un poète. Il faudrait trouver un mot (ayant le même sens), ou, pourquoi pas. en inventer un, qui signifie la même chose mais soit plus mélodieux. Je suis une enquiquineuse!

      Le monde a changé, il est dans l´ornière, comme vous le dites si bien. Essayons de vivre le moment voluptueusement… j´ai cuisiné des ceps ce matin… qu´elle délicieuse odeur, qu´elle texture! Je suis gourmande sans rémission! Gourmande de savourer le Temps.

      Je vais lire votre étude et la savourer lentement, comme il se doit.

      Bien à vous deux,

      Anne

  11. dimanche 4 mars 2012

    R.C. VAUDEY ou L’ANTÉSADE. (Suite.)
    La rencontre amoureuse entre les hommes et les femmes est la plus belle promesse du temps car en ce qui concerne l’amour on n’a encore rien vu.
    Voici la figure, telle que l’ont dessinée les Libertins-Idylliques, de ceux qui seront, éventuellement, l’au-delà de l’humain et en fait, selon eux, la vérité de l’humain, la figure de ce que d’autres ont appelé aussi l’Homme total : gracieuse, tendre, sans ambages, ombrageuse, découplée, pulsante et belle infiniment.
    Mais ce n’est pas, là non plus, une prédestination de l’espèce, c’est une œuvre d’art !
    Un jeu, une volonté, un vouloir, très bon. Notre très bon vouloir.
    Cette figure, Nietzsche en avait déjà, dans un de ses bons jours, esquissé très véridiquement le caractère constitutif, dans Ainsi parlait Zarathoustra dans la parabole des trois métamorphoses de l’esprit qui, après avoir été chameau, subissant et recherchant le poids des arrière-mondes et de la morale est ensuite devenu lion, rejetant, pour le meilleur et pour le pire, toutes les valeurs millénaires brillant sur les écailles de l’épouvantable dragon du Tu Dois.
    Le lion est celui qui nie fièrement ou furieusement, le nihiliste actif et furieux, dans le bon comme dans le mauvais sens du terme, et il trouve une de ses premières manifestations dans le libertin du XVIIIe siècle qui est, dans beaucoup de cas, une manifestation de ce nihilisme actif mais qui à la fin de son développement historique doit devenir idyllique. Finalement, la belle ou la dangereuse fureur et la belle ou la dangereuse liberté du lion doivent laisser la place à l’enfant, au plus jeune enfant, à la béatitude de l’enfant, à l’innocence créatrice de l’enfant, à la liberté du jeu, du jeu avec la liberté, de l’enfant. A son bon vouloir. Et les libertins deviennent finalement des Libertins-Idylliques.
    Tout, dans cette parabole des trois métamorphoses de l’esprit, trace, parfaitement, d’un côté, le processus historique du déploiement de l’Humanité auquel nous assistons, avec ce à quoi il pourrait aboutir, et, de l’autre, tout le processus du voyage intérieur individuel, du travail analytique -– tel que le XXe siècle l’a découvert –- qui s’inscrit dans ce mouvement de libération et de négation plus général de l’ordre ancien, et qui prend donc place dans ce processus historique de l’espèce, avec, également, ce à quoi ce voyage intérieur doit aboutir.
    A la fin l’esprit doit retrouver, mais cette fois fondée, la liberté de l’enfant qui est alors, et alors seulement, le Je dans son plein déploiement –- c’est-à-dire le jeu et la jouissance, la béatitude, l’illumination et la contemplation –- qui est donc, aussi et en même temps, la toute-puissance du Je et sa comme-union, dans le mouvement du monde, avec l’Autre et le monde, son jeu avec l’Autre et le monde, la vérité ultime de l’Homme et du monde, la re-co-naissance vraie avec l’Autre et le monde, et, aussi, de l’Autre et du monde. Incessamment.
    A la fin l’esprit, que plus rien ne tyrannise, sans dieux ni maîtres, recrée perpétuellement le monde : dans le jeu et la jouissance et l’émerveillement.
    A la fin, qui n’est qu’un début, on va voir ce que l’on va voir, c’est le jeu, l’amour, la poésie, l’émerveillement. Infiniment.

  12. Merci, chère Anne, d’avoir repris ce texte sur votre blog : c’est un de mes préférés ; et il illustre parfaitement ce qui fonde cette troisième forme du libertinage que j’ai qualifiée d’ « idyllique », dont j’ai exposé les prolégomènes poétiques dans le « Manifeste sensualiste ».

    Cette idée d’un dépassement des deux formes précédentes du libertinage (d’abord « libre-penseur au XVIIe siècle, puis plutôt « sexuel » au XVIIIe, pour le dire vite…) en une troisième forme dont le « Manifeste » marque le début dans l’histoire — au moins littéraire… et puisqu’il le dit… — est quelque chose qui avait d’ailleurs aussi beaucoup impressionné Sollers, lorsque nous avions relu le manuscrit, tous les trois, avec Héloïse, à une petite table du « Café de l’Espérance», où nous nous étions retrouvés.

    Cette vision implique une longue plage de temps pour que soit dépassé, effectivement — et de cette façon-là —, l’ère sadienne ouverte au moins dès le XVIIe siècle.

    Cette affirmation d’un troisième mouvement implique que d’autres poètes ont entrepris un voyage et se sont engagés dans une aventure qui, partant du chameau cuirassé et lourdement chargé d’interdits, et après être passés par les affres et les violences du lion « nihiliste » — pour le dire comme Nietzsche —, leur ont permis de trouver, au moins par moments, une forme accomplie de la maturité qui retrouve les grâces de l’enfance — ce qui les amène tout naturellement à peindre un autre tableau du monde et de l’amour…

    Le « Manifeste sensualiste » ne dit pas autre chose ; il est la relation de cette aventure, de ce voyage, et la manifestation de cette « passion affirmative »… ramenée de cette course… qui est un peu autre chose, soit dit en passant (considérable et affirmatif), que les routines transgressives et mercantile de l’art « contemporain », et, bien sûr, aussi, que les redites de la philosophie du même nom…

    “Poets are the unacknowledged legislators of the world”, écrit Shelley, dans son texte magnifique “A Defence of Poetry”. Aujourd’hui, la plupart des Occidentaux vivent dans le tableau sadien — plus ou moins “light” — sans même le savoir et quelle que soit leur prétention à la liberté philosophique, ou à l’originalité — voire à l’exception. Un peu comme on a dit que nous vivions, dans « notre » monde « moderne » — de géométrie froide —, dans le monde que les Cubistes avaient d’abord peint. …

    Sade n’est bien sûr qu’une figure emblématique — qu’un des « législateurs non reconnus » et extrême — d’un mouvement utilitariste, libéral, de chosification de l’humain et d’exploitation (et donc d’intensification et de débondement) de ses souffrances refoulées — libérées sous la formes des pulsions secondaires destructrices et /ou autodestructrices, marchandisées ; mais Sade est une figure significative.
    D’où cette idée d’Antésade…

    Ne vous fatiguez pas à répondre à tout cela — que je vous poste ici, alors que vous avez écrit ce si beau poème « Après-midi d’automne » ; et n’oubliez pas qu’à l’aide de mon fidèle secrétaire particulier, j’écris plus vite que mon ombre… et sans effort…

    Tous nos textes en ligne sont à vous… vous pouvez en disposer…

    Bien à vous,

    R.C. Vaudey

    • Cher R.C.,

      Ne me remerciez pas. C´est un vrai plaisir que de donner à connaître votre “Manifeste sensualiste” que vous expliquez si bien, par ailleurs, dans votre commentaire, commentaire que, si vous m´en donnez l´autorisation, j´aimerais publier sur ma page de FB.

      Bien à vous,

      Anne

  13. Chère Anne,

    Merci pour ce que vous m’écrivez. Bien entendu, vous pouvez utiliser ce commentaire pour votre page F.B. (pourriez-vous m’en donner l’adresse ?). Si vous voulez, copiez plutôt la version que nous avons mise en ligne sur notre blog (Correspondance, dense…). Le texte est corrigé (il manquait un « s » à mercantile…), et les titres sont en italique, plutôt qu’entre guillemets, comme il se doit…

    Bien à vous.

    R.C.

    P.S. Je vous est envoyé un court message.

    • Cher R.C.,

      Ma page F.B n´est pas une page spéciale, vous n´avez qu´à chercher mon nom, et voilà! Voue êtes un perfectionniste… et je vous envie!

      Bien à vous,

      Anne

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s